Perdre le Nord Partie 3 : 7 façons de s’occuper dans une petite communauté au Nunavut.

– « Tu t’en vas vivre un an au Nunavut?! Wow c’est fou! Au moins j’ai entendu dire qu’il y avait plusieurs choses à faire, dont un cinéma, un gym et une piscine pour combler tes temps libres! »

– « Oui, mais ça c’est à Iqaluit, capitale du Nunavut comptant 7000 habitants et une ville multiculturelle où il y a autant de Blancs que d’Inuit. Moi, je m’en vais à Hall Beach, communauté Inuit de 850 habitants quelques centaines de kilomètres plus haut, passé le cercle polaire. »

– « Ayoye! Et tu vas faire quoi là-bas? »

– « … »

Après 7 semaines dans mon village, je peux enfin répondre à cette question!

20170902_135227.jpg
Quoi faire dans cette étendue désertique?

Avant mon départ, disons que mon esprit était partagé entre deux réalités. Une partie de moi était pleine d’espoir de vivre le Grand Nord canadien dans toute sa beauté. Je m’emballais avec des idées d’exploration d’ours polaires, de randonnées dans la toundra pour observer des hordes de caribou et sur la mer vers l’île aux morses près de Hall Beach (10 000 spécimens entre mai et septembre!). Presque 2 mois plus tard, je n’ai pas abandonné ces projets, mais je n’ai pas eu le temps ou l’opportunité de vivre tout ça. Encore quelques semaines, quelques mois parmi la communauté vont certainement me permettre de tisser des liens avec les locaux et ce sont eux qui me feront vivre le côté « aventure » de mon périple.

20170831_201018.jpg
Ma plus grande aventure jusqu’à présent : une énorme mâchoire de baleine.

La seconde réalité, la plus terre à terre des deux, est que les options de divertissements sont assez limitées. Une bonne préparation avant le départ est nécessaire pour éviter des premières semaines d’ennui mortel. En l’honneur des 7 premières semaines de ma relocalisation, voici une liste de mes 7 passe-temps du moment qui font en sorte que les journées passent à la vitesse de l’éclair!

 

  1. Visionner les films et séries de l’heure!

Évidemment, ceux qui me connaissent savent à quel point je suis fanatique de films en tout genre et comment je peux binge watcher des séries. Par contre, on oublie Netflix ici! Avec un nombre très limité de données Internet, ça peut faire sauter un compte en banque assez rapidement. C’est la raison pour laquelle j’ai fait le plein avant mon départ de films à voir et de séries à terminer. Netflix offre aussi l’option de les télécharger directement sur un appareil compatible – tout nouveau Ipad Pro dans mon cas! Par contre, il faut faire attention : les téléchargements disparaissent après seulement un mois! Aussi, avoir une famille prête à envoyer une clé USB contenant la dernière saison de Game of Thrones est un must (merci chers sœur et beau-frère!). Une grande partie de mon temps libre est donc consacré à rattraper des visionnements des dernières années. Ça donne une pause mentale bien méritée également.

download.jpg

  1. Lire!

Je suis fervent de lecture, du moins je l’étais. Mon isolation dans le Nord me permet de renouer avec cette passion que j’ai négligée ces dernières années. Amener des livres dans ses valises? Pas question! C’est lourd et ça prend de la place. Vient donc l’option des « liseuses » et autres appareils portatifs où il est facile de lire un bon livre, d’où l’achat du Ipad mentionné plus haut. Lire d’un écran ne remplacera jamais le feeling de lire directement d’un bouquin, mais c’est définitivement plus pratique. On trouve d’ailleurs une foule de titres qu’il est possible de télécharger gratuitement en ligne. Moment idéal pour enfin commencer l’imposante série de La Tour Sombre de Stephen King.

 

  1. Bouger!

Classique pour un prof d’éduc! Mais les occasions de bouger ici, il faut les provoquer. Pas de centre d’entrainement, de ligues sportives, courir à l’extérieur même en été est très ordinaire (courir sur de la roche sans arrêt, allo les blessures aux chevilles!). Heureusement, je me retrouve pas mal dans mon élément au gymnase de l’école. Une bonne occasion de jouer au basket-ball avec d’autres profs, avec des élèves ou par soi-même. J’ajoute à cela environ trois séances d’entrainement à la maison avec seulement mon « bodyweight » et une de yoga par semaine et voilà, le tour est joué! Je continue d’être bien dans mon corps et d’occuper mon temps en faisant ce qui me passionne. Ça défoule des mauvaises journées aussi!

 

 

20170902_133133.jpg
Résultat d’une belle randonnée active.
  1. Écrire! (Pour un blog)

Y a-t-il une meilleure façon de faire le point que de mettre ses pensées et expériences par écrit? C’est quelque chose de nouveau pour moi que d’y mettre du mien dans un blog et bien que ce ne soit pas l’activité la plus time consuming, c’est quelque à quoi je réfléchis souvent. Quel sera le titre de mon prochain article, comment aborder le sujet, prendre des photos pour Instagram, les « instagrammer », etc? Je trouve que c’est un bon moment pour faire une rétrospective et que tout voyageur devrait partager ses expériences, même si ce n’est que pour être lu par famille et amis.

cropped-mountain-point-1

 

  1. Travailler!

Eh oui, peut-être pas la plus plaisante des façons de s’occuper, mais une qui prend énormément de mon temps! Pas toujours facile d’être un enseignant. Je confirme que ce l’est encore moins quand tu dois enseigner une matière avec laquelle tu es peu familier et pas dans ta langue maternelle. Je passe donc une bonne partie de mon temps à l’école, à préparer mes leçons, corriger et modifier constamment l’environnement de ma classe. Ça me permet de surfer le web en même temps et avec un peu de musique, préparer de nouveaux projets peut devenir une tâche excitante.

  1. Se faire des amis!

J’ai la chance d’être dans une communauté où plusieurs autres enseignants ont entre 25 et 35 ans. J’ai un partenaire de basket-ball chez qui j’écoute le football le dimanche, on se rejoint un groupe de 6-7 profs environ une fois par semaine pour des soirées poker ou jeux de société et il ne faut pas oublier les soupers et brunchs qu’on s’organise. Je crois que le contact humain quand on est si loin de sa famille et ses amis est essentiel et je suis reconnaissant d’avoir rencontré d’autres personnes qui me ressemblent. En plus, tous mes amis ont des chiens adorables qui adorent la compagnie! Ce qui m’amène à…

  1. Adopter un chien!

Le plus récent de mes 7 passe-temps, bien que cela fasse quelques semaines que je fais le tour des chiots du village. Et ce n’est pas un hobby comme les autres, mais bien une job  à temps plein, je vous le dis! Mais c’est définitivement le meilleur moyen de combattre la solitude qu’on ressent parfois. J’ai donc adopté Qinu (qui veut dire : Slushy ice by the sea) et me voilà qui lui apprend toute sorte de choses : faire ses besoins dehors, s’asseoir, rapporter la balle, marcher avec une laisse, dormir seul, ne pas hurler à pleins poumons quand je m’absente, etc. Mais croyez-moi, après seulement une semaine je peux dire que ça en vaut la peine! Plus de détails sur Qinu très prochainement!

À venir dans mon prochain article : Quoi savoir si on veut adopter un chien au Nunavut.

 


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s