How I wish you were here

Hey Max,

Ça fait longtemps qu’on ne s’est pas parlé, tu ne trouves pas? Oh! ne t’inquiète pas, je sais bien qu’on s’écrit tous les jours, et oui, je reçois toujours tes messages. Par parler, je veux dire vraiment parler.

pexels-photo-243917.jpg

Ici, ce matin, il neige à gros flocons. C’est notre première neige. Je sais qu’elle ne restera au sol que quelques instants, quelques heures tout au plus, mais c’est beau à voir quand même. Je ne sais pas pourquoi je te raconte ça, car si j’en crois tes photos, tu dois en avoir assez ras-le-bol de cette précipitation cristalline.

En réalité, pour moi, la première neige est synonyme du début du temps des Fêtes. Alors que ces gros flocons enveloppent Montréal, je n’ai qu’une seule envie : transformer notre appartement en village du père Noël et cuisiner des biscuits au pain d’épices qui embaumeraient la maisonnée. Mais cette année, ça me tente moins. Il y a Pink Floyd qui me chante sa peine dans la cuisine, et tout ce qui me vient à l’esprit c’est que moi aussi, I wish you were here.

J’aimerais que tu puisses décorer avec moi, fouiller les internets à la recherche d’une recette de vin chaud, me prêter des grosses chaussettes (sûrement trouées, de toute façon), et peut-être même sortir pour assister à la stupide parade du père Noël qui est toujours beaucoup trop tôt en Novembre… que sais-je? J’imagine que j’aimerais au moins avoir l’option.

Hey, cheer up Gab, le compte à rebours d’un mois est commencé! Il n’en reste vraiment plus trop long, c’est vrai. J’ai très hâte de rencontrer Qinu. En espérant qu’il ne mangera pas Saké? Je te rassure, je vais bien… c’est l’effet neige qui me rend mélancolique. À ton arrivée, l’appartement va scintiller, sentir le clou de girofle, et ciné-cadeau va marathoner à la télévision. Et tout va rentrer dans l’ordre.

D’ici là, lâche pas! Personnellement, j’entame mon premier hiver en vélo à Montréal et c’est vraiment hyper excitant. On a une nouvelle mairesse, la première femme en Amérique du Nord, ce qui nous rend tous bien fiers. Saké est toujours aussi fatigante. Bref, la vie continue d’être pas trop plate.

On se voit bientôt,

Gabrielle


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s